14 Gen

LE VALLE OCCUPE COMPTE

TEATRO VALLE OCCUPATO

THEATRE VALLE OCCUPE

DU 14 JUIN 2011 AU 14 JANVIER 2012 – 213 JOURS D’OCCUPATION

« On a décidé de travailler sur quelque chose d’italien, l’Italie »

 

7 mois, 213 jours d’occupation: du 14 juin 2011 – jour successif à la victoire du référendum sur l’eau – au 14 janvier 2012.

Près de 1200 artistes sont passés au Teatro Valle Occupato: metteurs en scène, comédiens, performers, musiciens, chanteurs, plus ou moins connus.

Depuis septembre, en vue de la naissance de la Fondation Teatro Valle Bene Comune (Théâtre Valle Bien Commun), on a expérimenté 6 permanences et 1 double prologue : Balletto Civile con Michela Lucenti / Elisabetta Pozzi; cap.1 – Autori per il Valle Occupato – collettivo di circa 20 drammaturghi, cap.2 – Jacob Olesen, cap.3 – Marco Baliani, cap. 4 – REM&CAP, cap.5 – Punta Corsara//Teatro delle Albe, cap. 6 – Saverio La Ruina/Scena verticale.

On a adressé les “appels” à des artistes plutot qu’à des groupes ou à des compagnies. Pour un temps donné ils ont eu en charge la direction artistique du Théâtre. Ils ont proposé des moments de formation et de programmation suivant leur conception d’un théâtre idéal mais, en fait, concret et possible, pour un total de 21 spectacles, 14 ateliers, 3 films, 4 concerts, 1 exposition, 1 journée de co-direction avec A.R.I.A, 4 rencontres avec le public.

Le 20 décembre le Teatro Valle Occupato a aussi expérimenté la direction artistique d’une “simple citoyenne” : la soirée Gospel de Mme Teresella.

Les noms prévus pour le mois à venir sont : Veronica Cruciani, Adriana Borriello, Pippo Delbono, Gabriele Vacis.

Un autre chapitre important du Teatro Valle Occupato est la formation continue. Notre Nave Scuola, le bateau qui voyage sur la route d’une nouvelle éducation sentimentale. N’aimant pas l’idée de “l’accès limité”, on a demandé aux intervenants d’accepter des auditeurs – c’est à dire des gens qui puissent suivre les cours sans y participer directement – pour un « théâtre ouvert », où le public puisse trouver des suggestions et des moments d’expérience collectifs. C’est ainsi que les artistes eux-mêmes ont décidé les critères de sélection des participants. Une sélection presque toujours absente, en réalité…

1 atelier de techniques de survie théatrale pour technicines de plateau, avec 20 participants et 3 auditeurs, durée 3 semaines, du 8 au 27 août 2011, coordonné par les techniciens historiques du théâtre (machinistes, ingénieurs du son, éclairagistes), enrichi par des ateliers spécifiques pour photographes de scènes, ligth designer et scénographes.

Fiorenza Menni, Paolo Rossi, Fausto Paravidino, Riccardo Caporossi, Marco Baliani, Paola Bono sur la dramaturgie de Caryl Curchill, Jacob Olesen, le collectif de dramaturgie avec 5 ateliers d’écriture théâtrale, Alessandro Fabrizi, Michela Lucenti, Elisabetta Pozzi, Caterina Inesi, Fabrizio Gifuni, ont coordonné des stages et des ateliers pour un total de 700 heures de formation sur le théâtre et les langages de la scène.

En janvier 2012 au Teatro Valle Occupato se tiendra : un cours de critique de cinéma avec Mario Sesti (du 12 janvier au 2 février tous les jeudis de 16 à 19); un atelier de Théatre Participé avec Veronica Cruciani (du 31 janvier au 5 février).

Avec la formation, l’auto-formation. Polis est l’espace où – à travers des ateliers, des rencontres publiques, des assemblées, on a discuté d’éditionFaire des livres, en collaboration avec la maison d’édition Minimum Fax, – d’auto-formation, avec Franco Berardi “Bifo”, de social networks avec produire informations/produire actions, avec Donatella Della Ratta, de philosophie politique avec Federica GiardiniRécits du présent, pour apprendre à se raconter et raconter et à ne plus “être racontés”-, de langage cinématographique avec Mario Sesti et de théâtre avec Peter Stein, pour un total de 76 heures d’auto-formation ouverte.

Plus de 30 assemblées publiques, sur la génération du Teatro Valle Occupato et sur sa transformation en Fondation Théâtre Valle Bien Commun, sur des questions politiques liées au contexte de la lutte et au moment historique : le statut professionnel des travailleurs du spectacle et de la connaissance, l’indemnité chômage, l’Enpals, le plan financier de l’Etat, la dette publique, les biens communs… Les assemblées consacrées au Statut partecipé, écrit avec le juriste Ugo Mattei, pour donner un corps juridique à nos pratiques de génération d’un Bien Commun. Le texte pouvant être “co-édité en ligne”, pour arriver à l’écriture d’un texte ayant valeur juridique, tout en étant le résultat d’un travail collectif.

3 les prix décernés au TVO :  Salvo Randone, Premio Ubu, Legambiente, pour la vitalité et l’éthique de sa lutte.

1 invitation à la journée des auteurs au Festival du Cinéma de Venise, où nous avons présenté un courtmétrage auto-produit.

3 occupations en Italie: le Teatro Marinoni du Lido de Venise, le Pac de Milan, la Libreria Croce de Rome, il Teatro Coppola di Catania e gli storici Cantieri della Zisa a Palermo

1 querelle musicale sur l’état de la musique en Italie

1 expérience pour les dramatugies cachées, parce que l’écriture est l’un des moyens pour nous réaproprier de notre présent. Du 15 novembre 2011 au 15 janver 2012 on a réçu 120 textes.

Et encore 13 spectacles intégraux, offerts par des compagnies très connues et par des interprètes moins célèbres mais tout autant intéressants, 17 grands concerts, qui nous ont généreusement aidé à occuper les rues proches du théâtre, pendant que le Maire interdisait les manifestations à Rome; et 10 films, pour raconter un cinéma “invisible”, tous ces titres qui, à cause des lois impitoyables de la distribution, ne sont (presque) jamais passés dans les salles cinématographiques nationales.

En dernier, mais d’une importance fondamentale, les chiffres de l’activisme, c’est à dire combien de gens sont passés, restent, nous lisent et nous suivent depuis le début de l’occupation. Plus de 19.500 signatures, 179.906 personnes ont visité notre blog, 26.722 “j’aime” sur facebook, 500 citoyens qui ont participé au nettoyage, l’accueil, l’0rganisation, la logistique du théatre. Le bien commun existe parce que les gens décident d’exister avec lui. R-existons encore et ensemble. La participation de chacun est d’une importance fondamentale

Le 13 et 14 janvier est démarrée la campagne de récolte de fonds pour constituer le capital social (250.000,00 euro) nécessaire à la naissance de la Fondazione Teatro Valle Bene Comune.

Et pour en finir, le premier relevé de compte de la Fondazione Teatro Valle Bene Comune : 30.000 euros et plus de 600 membres fondateurs!

 

De grandes performances au Théâtre Valle Occupé,

pour une institution de l’imprudence!


, , , , , , , ,

No comments yet.

Lascia un commento

css.php